mardi 18 juin 2013

La protection solaire et la préparation au bronzage, tout savoir

Avant de s'exposer , on prépare sa peau

Que choisir entre compléments alimentaires et stimulateurs de bronzage?

Aucun risque à utiliser les deux. Une cure de compléments alimentaires un mois avant l'exposition apporte des antioxydants qui aident l'organisme à contrer les méfaits des UV. Leur caroténoides colorent aussi les lipides de la peau, créant un faux hale. Il peut être intéressant d'y associer en même temps un soin activateur de bronzage en lait ou en fluide. En ciblant la peau directement, ceux-ci agissent plus vite et font monter la couleur. Ils contiennent également des antioxydants à l'action anti-age.

Tous les compléments alimentaires se valent-ils?

Pas exactement, mais ceux vendus en France sont utilisables en toute sécurité en toute sécurité, car soumis à un décret définissant composition et étiquetage : liste de vitamines et de minéraux autorisés, dosage maximal, critères stricts en matière de pureté... Pour les solaires, par exemple, le taux de  beta-carotène est fixé à 4,8 mg par jour. Néanmoins, selon les marques, les formulent diffèrent. Certaines utilisent encore uniquement du beta-carotène, tandis que d'autres ont diversifié les cartoénoides (lutéine, lycopène...) pour se rapprocher d'un hale naturel. Et les fabricants proposent souvent deux sortes de compléments solaires, selon que l'on expose déjà ou que l'on prépare sa peau.

Est-ce utile quand on n'arrive jamais à bronzer?

Oui, surtout si on a la peau claire, répond Olivier Doucet, responsable recherche et développement chez Lancaster. Dans nos pays, on reste à l'abri du soleil dix mois par an et on s'expose d'un coup. C'est le plus dangereux des comportements. Les activateurs de bronzage vont permettre de réveiller et de préparer les mélanocytes, cellules responsables du bronzage, et de s'adapter peu à peu au soleil. Grace à eux, on va bronzer mieux et plus vite, sans pour autant devenir aussi brune qu'une peau mate, phototype oblige.


Peut-on prendre des gélules solaires tout l'été?

"Oui c'est une bonne idée" affirme Olivier Doucet. En effet, dés qu'on s'expose, on a besoin d'antioxydants pour se protéger des Uv. Isabelle Benoit, responsable de l'innovation chez Esthéderm, conseille de changer de compléments durant l'été pour varier les cocktails d'antioxydants . Il sont intéréssant aussi pour le système immunitaire, qu'ils "requinquent" quand il est attaqué par le soleil.

Au soleil on s'offre le bon produit

Les crèmes au toucher sec, c'est pour les peaux grasses?

Pas forcément. Certes, elles sont inspirées par les formules développées au Brésil, pays à forte humidité ou les peaux sont plutôt à tendance mixte ou grasse.
Mais si on a la peau sèche et qu'on apprécie ce type de textures, aucune raison de s'en priver ! Pour  plus de confort, il suffit d'appliquer une crème hydratante le matin sous le protection solaire.

Tous les solaires sont-ils résistants à l'eau?

C'est généralement le cas, mais il faut toujours vérifier que la mention figure bien sur le produit. Certaines crèmes solaires  visage, par exemple, ne le sont pas. A contrario, les formules pour enfants et sportifs sont souvent hautement résistantes à l'eau, ce qui signifie que, au lieu de résister à un bain de 20 minutes,elles restent sur la peau beaucoup plus longtemps. Pour autant, il faut remettre du produit après chaque bain, car le frottement de la serviette en enlève une partie.

Les huiles et les brumes protègent-elles autant que les crèmes?

Oui,Huile,spray,lait ou crème, à Spf égal, tout se vaut puisque cet indice est réglementé et garanti par des testes en laboratoires. Le problème, c'est nos habitudes ! En effet, plus la formule est fluide, moins on en applique. Or le SPF est mesuré avec une application de 2mg/cm2 de peau. En mettant la moitié de ce qui est préconisé, on abaisse un spf 50 à un spf 10 et un spf 30 à 5. Une différence énorme dont il faut tenir compte en réappliquant très souvent brumes et huiles.

Comment savoir si j'utilise assez de produit?

On n'en met jamais assez, disent les experts. Il faudrait, à chaque application, utiliser l'équivalent de 6 cuillères à café (ou 20g), soit un flacon tous les 2 ou 3 jours par personne ! Or nous sommes souvent loin du compte. Alors, un effort s'impose : on l'applique, pour chaque zone du corps, l'équivalent d'une pièce de 2 € si c'est un lait ou une crème, 8 vaporisations par membre si c'est une huile ou un spray. Si ces mesures nous dépassent, on fait comme pour le vernis : on attend quelques minutes que le produit sèche avant d'en appliquer une deuxième couche. Ainsi, on est sure de n'oublier aucune zone. On renouvelle l'opération toutes les 2 heures, et après chaque baignade !

Les filtres solaires ont-ils évolué?

Non, en 20 ans, les filtres et les écrans protecteurs ont peu varié, car "ce sont des substances très réglementées dont la liste officielle a peu changé "précise Oliver Doucet. " Le problème, explique Isabelle Benoit, c'est que, à force de mettre des filtres partout, notamment dans les crèmes de jour, on a crée des surexpositions à ces ingrédients, donc des sensibilisations." Résultat, la liste des filtres autorisés a tendance à se restreindre de plus en plus. La piste privilégiée aujourd'hui est plutôt d'associer des filtres existants, ce qui optimise leur action, ou de les encapsule pour une plus longue efficacité sur la peau. Autre voie utilisée : la photostabilitée des filtres. Sans toucher au filtre lui-même, on lui adjoint des principes actifs qui le rendent plus performant. On a réussi ainsi à créer des produits contenant une plus faible dose de filtres pour un SPF égal. Autre progrès : l'évolution de la connaissance du spectre solaire. Dans les années 70, on se concentrait sur les uvb, qui ne représentent que 0,6% du spectre lumineux ! On a aujourd'hui découvert les effets ravageurs des UVA, notamment des UVA longs, et on commence à s’intéresser aux infrarouges (50% du spectre solaire) contre lesquels on a pas encore de filtres spécifiques, mais des antioxydants ou des minéraux comme le rubis.

Quelle texture privilégier?

Désormais, le choix est large, de la crème onctueuse à l'émulsion toucher sec,en passant par l'huile sensuelle ou la brume ultra légère...Mais il faut tenir compte de ses activités : si on part en randonnée et qu'on doit protéger ses épaules sans pouvoir appliquer souvent son produit, autant opter pour une crème d'indice 50. Alos, que sur la plage, à l'ombre d'un parasol, une brume d'indice 30 sera suffisante et plus agréable. Dernière avancée pour les sportifs et les enfants : les produits à appliquer sur peau mouillée sans obtenir un magma savonneux qui protège moins bien. Tous ont la même efficacité grâce aux progrès des laboratoires sur ce qu'ils appellent " la rhéologie des formules". Car, pour qu'un solaire fasse bien son travail, il faut qu'il épouse tous les microrelierfs de la peau sans laisser de "trous" entre les gouttelettes de produit. Nous on ne le voit pas en appliquant notre produit, mais il est infiniment plus efficace et plus confortable qu'il y a quelques années. Tout cela dans un seul but : qu'on ait envie d'en remettre souvent .

La protection est-elle efficace dès l'application?

Oui, mais on préconise souvent de l'appliquer 20 minutes avant de s'exposer. En effet"les tests SPF sont réalisés 20 minutes après l'application des produits" explique Caroline Fayolle, directrice de la coordination scientifique des labo solaires L'oréal recherche et innovation. On est donc sure qu'ils sont efficaces à partir de ce moment-là. De plus, cela permet d’être déjà protégée lorsqu'on fait le trajet jusqu’à la plage, qu'on installe les serviettes et les parasols, tandis que les enfants ont couru vers l'eau ou le miniclub !

Quelles différences entre les écrans minéraux et les filtres organiques ?

Les premiers proviennent de minéraux (oxyde de zinc, dioxyde de titane). Micronisés, ils restent à la surface de la peau et réfléchissent les uv. Cette action mécanique explique qu'ils sont les seuls autorisés en bio. Ils protègent bien des UVB, un peu moins des UVA. Les filtres organiques, eux, sont chimiques. Ils absorbent l'énergie des uv sous forme de chaleur et ont un spectre plus large. Mais l'énergie qu'ils absorbent les dégrade et ils doivent etre bien formulés pour rester stables au fil de l'exposition. Beaucoup de produits mixent désormais les deux types de protection.

En fin de journée, on apaise notre peau et on l'hydrate

Faut-il éliminer son produit solaire le soir?

C'est préférable, mais il n'y a aucun danger à ne pas le faire. Quand on est sur le bateau ou qu'on fait un treck en plein désert, ce n'est pas toujours évident. Il y a moins de risques à ne pas totalement ôter son produit solaire, qui à déjà subi les frottements de la serviette et des vetements, qu'à ne pas se démaquiller. Les produits solaires sont moins oclusifs que le maquillage. Néanmoins, si possible, on préférera se doucher avant d'appliquer son après-soleil. Pour les produits plus résistants, écrans minéraux ou produits enfants, l'idéal est d'adopter une huile démaquillante ou une huile de douche.

Un après-soleil est-il plus efficace qu'un hydratant?

Oui, car il est formulé pour réparer les dégâts du soleil, et pas seulement pour hydrater et nourrir. Il contient des actifs réparateurs et apaisants ( aloe vera, bisabolol, allantoine,calendula...). On peut aussi y trouver du panthénol(vitamine B5) qui a pour triple action de stimuler la prolifération des cellules de la peau, de calmer les irritations et les brûlures, et de maintenir la douceur et l'élasticité de la peau. Certains apportent une sensation de fraîcheur à l'application, grâce à un dérivé de menthol. Agréable pour apaiser coups de soleil !

Peut-on utiliser le même produit sur le visage et le corps?

"A priori, pas de souci à le faire" répond Caroline Fayolle. Certains sont d'ailleurs pour fotmulés pour. Si ce n'est pas le cas, attention à vérifier que le produit ne contient ni menthol ni nacres, ce qui risquerait de ne pas être très agréable sur le visage. Ensuite, celles qui recherchent une vraie action anti-age ont intérêt a choisir un produit spécifique qui contient des actifs antioxydants( vitamine E, tocophérol, coenzyme Q 10...) parfaits pour favoriser la régénérations et éliminer les radicaux libres générés par l'exposition au soleil).

Comment fonctionnent les prolongateurs de bronzage?

Garder longtemps une jolie peau halée, c'est possible de deux façons :: soit en ajoutant une petite dose d'autobronzant, type DHA ou érythrulose, soit avec des précurseurs de mélanine pour favoriser le vrai bronzage en s'exposant le lendemain (dérivés de tyrosine, peptides, caroube, huile de chaulmoogra). On maintient ainsi les mélanocytes en éveil.

Source : Femina



Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire